• 21 février 2018
  • | 0
  • 574

Souscrire une assurance habitation ne suffit pas. Il faut veiller à ce que les conditions mentionnées dans le contrat soient scrupuleusement respectées afin de pouvoir faire valoir votre couverture. Le choix de la serrure est un critère essentiel à l’obtention d’une indemnisation en cas de sinistre. Explications.

Quelles sont les obligations en termes de serrure par rapport à votre assurance habitation ?

Chaque assureur détermine les conditions ouvrant droit à une indemnisation. Cependant, il existe des critères basiques qui sont applicables à la majorité des contrats d’assurance habitation. Les clauses précisent généralement le type de serrure à installer. Si vous ne vous y conformez pas, votre assureur peut refuser de vous indemniser. Dans la plupart des cas, des serrures multipoints sont exigées, de même que le blindage de l’accès principal. Certains assureurs vont plus loin en spécifiant les équipements à installer au niveau des portes secondaires, voire des volets.

Dans l’idéal, sollicitez l’avis d’un expert en serrurerie pour définir le système le plus adéquat en fonction des exigences de votre assureur.

Une fois les clauses respectées, vous pouvez faire jouer votre assurance pour vous faire indemniser. Les contrats couvrent essentiellement les biens mobiliers, à savoir : les appareils (électro-)ménagers, les articles d’habillement, les meubles, etc. Les objets de valeur peuvent être intégrés à la liste des biens assurés, sous condition. Celle-ci consiste généralement à l’utilisation d’un coffre-fort. De la même manière, vous pouvez faire assurer vos dépendances si elles sont protégées par des serrures agréées par votre assureur.

Dans tous les cas, l’indemnisation est plafonnée. Ce montant maximal est prévu dans votre contrat. En outre, vous devez fournir des justificatifs d’infractions pour obtenir gain de cause.

Si vous êtes victime d’un vol par effraction, par menace, par escalade ou par violence, n’hésitez pas à fournir les preuves requises par votre assureur. Les cambriolages résultant d’une intrusion clandestine ou d’un crochetage sont assez difficiles à justifier mais restent couverts par votre assurance.

Vous avez perdu vos clés ? Procédez à un remplacement de vos serrures dans les plus brefs délais. Le cas échéant et dans l’éventualité où vous vous feriez cambrioler par la suite, votre assureur est en droit de réfuter votre demande d’indemnisation.

Quelle serrure choisir pour le plus de sécurité possible ?

La priorité n’est pas vraiment de choisir une serrure mais d’évaluer les risques auxquels votre domicile est soumis. Un état des lieux s’impose de ce fait afin de garantir un investissement dans les équipements adaptés à votre situation. La démarche consiste à évaluer la vulnérabilité des différents points d’accès.

A titre d’exemple, une fenêtre en rez-de-chaussée dépourvue de grilles de protection mérite d’être sécurisée en même temps que la porte principale. Notez aussi qu’une serrure qui promet un excellent niveau de protection est inefficace si elle n’est pas convenablement installée. C’est pour cela que les assureurs exigent une pose effectuée par des serruriers agréés. Deux options s’offrent à vous :

– demander la liste des artisans partenaires auprès de votre compagnie d’assurance
– consulter les assureurs partenaires sur le site du serrurier qui vous intéresse.

serrure assurance habitation

Un serrurier compétent étudiera la robustesse de votre porte avant de la blinder et/ou d’y installer la serrure recommandée par votre assureur. En effet, si la porte est fragile, les cambrioleurs peuvent la détériorer sans forcément toucher à la serrure. Cela renvoie à la cohérence des solutions de sécurisation à adopter que nous avons préalablement évoquée.

En ce qui concerne le choix des serrures proprement dit, il est conseillé de vous référer au classement établi par l’organisme indépendant CNPP (Centre National de Prévention et de Protection). La norme A2P est notamment un gage de performance auquel les assureurs se fient. C’est souvent le minimum requis pour pouvoir prétendre à une indemnisation. Les techniciens du CNPP ont défini trois niveaux de sécurité représentés par des étoiles :

– une serrure A2P* est prévue résister jusqu’à 5 minutes
– une serrure A2P** vous offre une protection moyenne de 5 à 10 minutes
– une serrure A2P*** sécurise votre accès jusqu’à 15 minutes. Les cambrioleurs s’acharnent très rarement plus de 15 minutes dans la mesure où le risque de se faire surprendre est extrêmement élevé.

Vous vous interrogez probablement sur la différence entre les types de serrures mises sur le marché. Nous y venons, justement.

La serrure haute sécurité est un modèle breveté. La reproduction de la clé est interdite à moins que vous ne présentiez un justificatif attestant que vous en êtes bien le propriétaire. Les tarifs varient énormément en fonction des fabricants. N’oubliez pas de solliciter l’avis de votre assureur avant d’investir dans ce type de serrure.

Plus moderne, la serrure électronique tend à se démocratiser. L’ouverture de l’accès ne nécessite pas d’une clé traditionnelle. On se sert plutôt d’un code tapé sur un clavier ou d’une télécommande. Ces serrures sont extrêmement pratiques mais ne sont pas toujours prises en compte par les assureurs comme éléments de protection efficace.

La serrure multipoints est une référence incontestable en matière de sécurité. On retrouve ainsi 3, 5, 9 points d’ancrages qui compliquent, voire rendent toute intrusion impossible. Le label A2P est complémentaire au nombre de points d’ancrage. Si par exemple vous investissez dans une serrure à 9 points qui ne répond pas à la norme en question, il sera quand même aisé pour des cambrioleurs de pénétrer dans votre domicile. Soyez de ce fait vigilent sur ce détail.

Le cylindre est le principal élément qui assure l’efficacité de votre serrure. Il en existe différentes sortes, à sélectionner selon l’accès à sécuriser. Le demi-cylindre est uniquement doté d’une entrée de clé. On s’en sert essentiellement pour les portes qui ne nécessitent pas d’être verrouillées de l’intérieur (garage, entre autres). Comme son nom l’indique, le cylindre classique est le modèle le plus courant. On peut insérer la clé de l’intérieur OU de l’extérieur. Si vous investissez dans un cylindre débrayable, il sera possible d’ouvrir ou de verrouiller la porte même si une clé est engagée de l’autre côté. C’est assez pratique lorsque plusieurs personnes détiennent les clés de la maison mais la protection contre les cambriolages n’est pas optimale. Quant au cylindre avec bouton, il s’actionne avec une clé de l’extérieur et se verrouille via un bouton depuis l’intérieur.

Choisir des serrures agréées par votre compagnie d’assurance est un excellent début. N’hésitez pas à renforcer votre sécurité en investissant également dans des verrous. Evidemment, celui-ci doit également être robuste pour pouvoir assumer pleinement ses fonctions. Là encore, il est judicieux de vous adresser à un serrurier qui saura vous orienter vers les modèles les plus performants.

Que faire en cas d’infraction de votre domicile ?

Toutes ces précautions n’annulent pas le risque d’être victime d’une infraction. Si cela vous arrive, il faudra absolument vous conformer aux procédures définies par votre compagnie d’assurance. Les conditions d’indemnisation sont souvent les mêmes.

Déclarez l’incident à votre assureur dans les deux jours ouvrés suivant les faits. Pour ce faire, envoyez-lui une lettre recommandée (l’accusé de réception faisant foi) expliquant la situation. Intégrez un maximum de détails. En parallèle, rendez-vous à la gendarmerie ou au poste de police le plus proche de chez vous afin de déposer une plainte. Votre assureur vous demandera probablement une copie de celle-ci. Toujours dans les deux jours après l’infraction, il est indispensable de remplacer les serrures qui ont été forcées/endommagées. Conservez ces dernières car comme mentionné plus tôt, les compagnies d’assurance exigent généralement des justificatifs. Pensez par ailleurs à prendre des photos que vous pourrez joindre à votre dossier.

Vous disposez de 30 jours pour vous lancer dans des tâches plus fastidieuses mais indispensables pour obtenir gain de cause. Dressez une liste exhaustive des objets qui vous ont été dérobés. Si vous avez leurs photos, c’est encore mieux. Les factures d’achat seront par ailleurs des pièces irréfutables pour prouver à votre assureur que vous êtes effectivement le propriétaire des biens concernés.

Un expert sera dépêché par la compagnie d’assurance afin de réaliser un état des lieux. Il a pour mission de vérifier que votre déclaration est exacte. Le cas échéant, une contre-expertise sera planifiée. Le(s) rapport(s) remis à l’assureur entreront en compte dans l’étude de votre dossier. Plusieurs semaines peuvent s’écouler avant que la décision finale ne vous soit communiquée. Attention, l’indemnisation ne se fonde pas sur le prix d’achat des biens volés mais sur leur valeur résiduelle.

Mettez toutes les chances de votre côté en étudiant chaque élément de votre contrat avec minutie. La clause d’inhabitation peut notamment faire basculer la situation en votre défaveur. Si elle figure dans le contrat, l’assureur peut refuser de vous accorder une indemnisation dans l’éventualité où vous vous absentez plus de 30 jours dans le courant de l’année couverte par le contrat. De la même manière, les négligences aboutissent presque toujours sur un refus d’indemnisation. Le fait de ne pas verrouiller votre domicile quand vous vous absentez ou encore le fait de laisser vos volets ouverts alors qu’ils donnent sur la voie publique sont des exemples d’actes de négligences au regard des assureurs.

La meilleure serrure est celle qui offre une protection adaptée aux risques encourus. Faites appel à un serrurier agréé Manlock Homes par votre assurance pour vous accompagner dans votre choix et réaliser une installation fiable.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *